Alain nous a soi-disant improvisé une soirée, ce que nous avons eu beaucoup de mal à croire compte tenu de la richesse de cette séance.

Le Cahors, une appellation à découvrir ou à redécouvrir, une appellation riche de belles trouvailles après des années difficiles de vins médiocres.

Premier vin : un blanc …. Une rareté dans le Cahors

Déjà un vin rare : pour être précis un Comté Tolosan, le blanc n’ayant bien sûr pas les 70 % minimum de Malbec nécessaires à l’appellation Cahors.

Jean-Luc Baldes rappelle les vins de Lune du XVIIème siècle quand les paysans récoltaient les raisins à la nuit pour soustraire une partie de la récolte du seigneur et ainsi lui verser moins d’impôts. Aujourd’hui les raisins sont vendangés tôt le matin afin de préserver leur fraicheur.

50% Chardonnay, 50% viognier

Un vin a deux visages : très vif et frais au début de la dégustation,  et plus expressif grâce au viognier si on le laisse s’ouvrir.

Une belle découverte.

 

Deuxième vin : Le Gamotin

Ce vin est considéré comme le petit frère du Clos de Gamot. Nous pouvons retrouver quelques similitudes avec Gavroche, un personnage du célèbre roman Les Misérables de Victor Hugo.
Le Gamotin est un vin plus croquant, plus jeune et un peu plus indomptable que son grand frère le Clos de Gamot. Il est gouleyant à souhait et on l’appréciera pour ses fruits noirs.

100% Malbec

Un vin de plaisir à partager avec des amis.

 

Troisième vin : Château Lamartine – Cuvée particulière 2014

90% Malbec, 10% Tannat

Vin très charpenté, plus difficile à apprécier seul en dégustation.

Beau mariage avec une viande à caractère marqué.

Seconde partie de la soirée : Les cadors du Cahors

Jean-Luc Baldes : Château Triguedina

Alain Dominique Perrin : Château Lagrezette

Pascal et Jean-Marc Verhaeghe : Château le Cèdre

Quatrième vin : Clos Triguedina  2012

Clos Triguedina est tiré de l’Occitan « Me trigo de dina » et signifie « il me tarde de diner » en référence aux pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui avaient pour coutume de se restaurer au domaine

85 % malbec, 13% merlot, 2% tannat

Un  vin riche très équilibré, avec des tanins bien fondus.

Un beau vin qui pourra se conserver

 

Cinquième vin : Château Lagrezette  2002 :

Un Cahors peut-il bien vieillir ?

91% de Malbec et 9% de Merlot

 

La Cuvée Dame Honneur donne toutes ses lettres de noblesse à ce cépage d’exception. Vin de grande garde, la Cuvée Dame Honneur peut vieillir en se bonifiant pendant plus de 20 ans.
Élégant, riche, complexe, avec des tanins harmonieusement fondus, la Cuvée Dame Honneur est un nectar puissant, profond, boisé, avec des notes de vanille, de fruits rouges et d’anis. Il est rond, équilibré, long en bouche.

 

Conclusion : Un Cahors peut bien vieillir et se sublimer avec le temps.

 

 

Sixième vin : Château le Cèdre

Un OVNI (Objet Vinicole Non Identifié) dans les Cahors

Vin de liqueur 100 % Malbec

Les raisins de cette cuvée sont vendangés tardivement. En cours de fermentation alcoolique, on effectue un mutage avec de l’alcool neutre. Après décuvage, le vin est élevé en fûts de 500 litres de trois ans pendant un an.

Cousin germain d’un Porto Vintage, il est moins sucré (100 gr de sucres résiduels) et moins alcoolisé (16° vol).

Nous sommes restés partagés pour le meilleur accord entre le fromage à pâte persillée et le chocolat noir.

 

Encore une belle échappée dans une région viticole pleine de découvertes.

Merci à Alain.

Pin It on Pinterest

X